Ediluz - Photographie

Expositions photographique Ediluz Avenel

Exposition à venir intitulé : Vestiges et Venus

Pour cette exposition, je me suis imprégné de l'atmosphère troublante de lieux abandonnés pour révéler la beauté féminine, entre murs délabrés, portes cassées et peinture défraîchie. Un univers comme suspendu, où seule la poussière entretient son un ballet entre les raies de lumière.  

 La Porte des Secrets Brocéliande (35) 1 mai et juin 2019

 Rencontres Photographiques de Chateaugiron (35) nov et dec 2019

 

Expositions passées :

- Archives municipales, médiathèque et centre social de Fougères (35)2016

- Office de Tourisme du Pays de Fougères mai 2016

- Festival photographique "Bretagne, terre de photographes", Dol-de-Bretagne (35) 2016

- Château de Rochefort-en-Terre (56) septembre 2016

- Centre de l'imaginaire Arthurien, Concoret (56) 19 mars 10 juin 2017.

- Centre culturel "les Digitales", Caden (56) 22 juin au 16 juillet 2017

- "Le Pass' Temps" à Malestroit : Exposition La fête de morts au Mexique du 2 au 29 Septembre 2017

- Le Circuit des Têtes De L'Art à Rennes 2017   L'ombre Blanche Atelier.galerie (c'est situé 51 rue Ginguené (Quartier Sacré Coeur - face à l'église)

- Centre culturel "le grain de sel", Séné (56)  1 Novembre 2017

- Espace International COSMOPOLIS  (44) 17 Octobre 2019

 

Il y a dans l’approche photographique d’Ediluz une complémentarité entre tradition et modernité qui se révèle au travers de son travail sur « la fête des morts » au Mexique, rituel ancestral issu des cultures Précolombiennes qui lient étroitement la mort à la vie, et ce depuis le plus jeune âge.

Ce mariage culturel fait place au passage du temps, à la déliquescence des choses et des êtres, comme cette série d’images dans l’exposition « Vestiges et Vénus » où l’artiste oppose avec délicatesse et douceur la fuite des jours et de la matière dans l’envol léger et éphémère de la féminité.

Ces lieux abandonnés, comme des toiles anciennes patinées par le souffle des jours, contrastent subtilement avec la sensualité pensive des corps à demi-dénudés.

On retrouve ce même esprit de contraste au cœur de l’exposition « Lumière du temps », où les lueurs discrètes qui s’échappent de la nuit ancienne révèlent au passant un fragment poétique et mystérieux.

Des vestiges de notre monde, une lucarne entrouverte entre hier et aujourd’hui d’où filtre la mémoire des siècles.